Abdallah Badis

Comédien - Metteur en scène - Cinéaste

dimanche 18 septembre 2016



Retour sur la projection du Fils Etranger d'Abdallah Badis aux 14èmes Rencontres Cinématographiques de Bejaïa: "Comme une âme en peine, le cinéaste flânera perdu dans ces immenses paysages sauvages comme pour rejouer sa renaissance. Ses retrouvailles avec son père et sa soeur sont émouvantes. Son esprit flottant planera sur cette terre qu'il aspire à se réapproprier, implorant peut-être le pardon. Un film sur la culpabilité de l'absence réalisé avec une rare sensibilité" 

samedi 3 septembre 2016


LE FILS ETRANGER y sera projeté le 8 septembre 2016


 

vendredi 15 juillet 2016

retour sur le chemin noir


https://www.facebook.com/1011304102279017/photos/pcb.1059743440768416/1059738660768894/?type=3&theater

dimanche 12 juin 2016

LES ALGERIENS ET LE FOOT


Puisque Coupe d'Europe, affaire Benzema, Ben Arfa pas dans la sélection, on nous ressert l'histoire de la marseillaise etc,
ces petites notes prises en 2006 pour accompagner le travail d'où naîtrait mon premier film Le chemin Noir.        France, Algérie et football, c'est toute une histoire.

Par la fenêtre me parvient un bruit de ballon. Ce sont deux enfants, dix, douze ans qui jouent sur un vrai terrain de foot.  J’ai joué au foot quand j’étais gamin sur des terrains bosselés, tordus, tantôt demi gauche tantôt ailier. Trop frêle pour faire arrière et puis les Algériens étaient redoutés parce qu’ils marquaient des buts alors on me mettait vers l’avant. Pour les matchs comme pour les guerres, on met toujours certains plus que d’autres devant. Monte, tire au but ! Monte Cassino !
 L’équipe des Algériens gagnait presque tout le temps la coupe dans les tournois inter-services de l’usine. Les Algériens bossaient en enfer, mais ils gagnaient la coupe et ne l’emmenaient pas à la maison. Quelle maison?  Leur maison! une baraque à quarante au "Camp Russe". Où la mettraient-ils cette Coupe argentée, quand on a si peu de place dans la turne que tous les vêtements tiennent dans une seule valise glissée sous son lit dans la chambrée et qu’on ne peut pas faire autrement. 

Rachid Mekhloufi, un Oranais, roi du stade à St Etienne, tous les ouvriers algériens avaient sa photo épinglée au-dessus de leur lit.
 
 
Stade de Colombes, finale de la coupe de France : FC Toulouse —SCO Angers, 6-3, les « frères » ont dansé sur le terrain comme des chats. Ils ont donné le tournis à la défense du SCO et marqué deux des six buts de Toulouse. Et de quelle manière ! Tous les Arabes de France pouvaient vous dire leurs noms, Bouchouk et Brahimi, le nom de ces Algériens, les dieux de la Finale, des pieds magiques, un beau match, un public heureux, du peuple, le monde ouvrier. Les sidis buteurs du match de Coupe, des vrais sidis – en arabe, ça veut dire Monsieur, sont les idoles des vainqueurs de coupe du tournoi de l’Usine. Et ce jour là en 1957, j’étais trop petit, on me l’a raconté , le Bachagha Boualem était installé à la tribune d’honneur, à côté du président de la République. Le Bachagha, représentant « pour du beurre » des musulmans d‘Algérie, regarde le match, Dans les hourras qui accompagnent le but de la victoire, il est abattu dans le stade de Paris par des tireurs du F L N. Des ouvriers, de simples manœuvres, comme ceux des chambrées, ceux des vallées de Lorraine, installés en France mais valise sous le lit, comme prêts à repartir. Mais on ne repart que si on a fait fortune, un peu fortune, avec plusieurs valises et quand même quelques cadeaux au moins. En France, on ne ramassait pas l’or à la pelle. Ils ne sont pas repartis. On ne pouvait pas les voir. Ils sont devenus invisibles, fantômes vivants, tous sous le nuage, dans la nuit. 
Juin 2006



samedi 9 avril 2016





LE FILS ETRANGER sera présent au marché du film du festival Visions   du Réel.
https://www.visionsdureel.ch/media-f…/…/show/the-foreign-son

jeudi 24 mars 2016

LE FILS ETRANGER. Film annonce


jeudi 5 novembre 2015